keith jarrett

Keith Jarrett

Pianiste, compositeur et chef d'orchestre, Keith Jarrett est l'un des musiciens les plus prolifiques, innovants et iconoclastes de la fin du 20e siècle. En tant que pianiste (bien que ce soit loin d'être le seul instrument qu'il joue), il en a littéralement changé la conception dans le jazz en introduisant une toute nouvelle esthétique en matière d’improvisation solo en concert. Bien que capable de jouer dans une grande variété de styles, Jarrett est profondément ancré dans la tradition du jazz. Il a enregistré près de 80 albums en tant que leader dans le jazz et la musique classique.

Keith Jarrett est né le 8 mai 1945 à Allentown en Pennsylvanie. À l'âge de trois ans, il a commencé à jouer du piano. Il a entrepris l'étude de la musique classique à huit ans, et à 15 ans, il a étudié la composition formelle avant de passer à Boston pour étudier brièvement au Berklee College of Music. Toujours dans son adolescence, Jarrett décide de poursuivre son travail universitaire à Paris avant de décider de passer à New York en 1964 et de devenir un musicien de jazz.

keith jarrett piano

L’arrivée de Keith Jarrett sur la scène Jazz

Il fait son entrée dans la tonitruante scène newyorkaise avec des musiciens vétéran et aspirant dans les clubs, y compris le Village Vanguard. Son premier concert de tournée était avec « New Jazz Messengers » d'Art Blakey, où il est resté jusqu'en 1966. Le seul enregistrement qu’il a effectué avec ce groupe - avec aussi le trompettiste Chuck Mangione – a été Buttercorn Lady, enregistré en direct au phare de Hermosa Beach. Jarrett rejoint le célèbre quartet de Charles Lloyd en 1966. Ce groupe, qui reflète la diversité des changements qui se produirent entre le jazz et la musique populaire en général, a obtenu un succès mondial à la fois avec ses enregistrements et ses concerts.

Il a quitté le groupe en 1968 et a publié son premier enregistrement solo « Restauration Ruin », sous le label Vortex. Il a joué tout les instruments sur l'album, y compris le saxophone soprano, l’harmonica, la batterie et la guitare en plus du piano. Il a même chanté. L'album est principalement considéré comme une curiosité dans son catalogue, car il n'a pas été un album de jazz, mais un enregistrement folk-rock. Indépendamment de la façon dont Jarrett considère cet album aujourd'hui, celui-ci se présente comme une entreprise courageuse d'un jeune musicien et peint une vue intéressante de ses premières pensées.

La même année, il a « Life between the exit signs » pour le label Atlantic, où il a dirigé un trio dont la section rythmique est composée du bassiste Charlie Haden et de Paul Motian. Ce groupe - plus tard, un quatuor avec l'arrivée du saxophoniste Dewey Redman - enregistrerait ensemble pendant 11 ans et atteindrait le statut de légende du jazz pour leur dynamique, leur révolutionnaire interaction et leur improvisation.

Un musicien en perpétuelle mutation

Keith Jarrett a joué l’orgue et le piano électrique avec Miles Davis entre 1970 et 1971. Son travail avec Davis refait également surface en 1974 dans l’album du trompettiste « Get Up With It. Keith Jarrett est également apparu sur les albums d'autres artistes au cours cette période, y compris sur « free » d’Airto Moreira.

Le pianiste a brièvement signé chez Columbia, en sortant un album intéressant et rentable pour le label : « expectations » sorti en 1972 - un album qui a présenté son trio avec le guitariste Sam Brown et Airto Moreira. L'année a également été fructueuse pour deux autres raisons. La première est le premier enregistrement de piano solo de Jarrett pour le jeune label ECM de Manfred Eicher, une association qui allait devenir symbiotique en une décennie. Comme cela a été mentionné précédemment, Redman rejoint le groupe de Jarrett à la fin de 1971. Le premier enregistrement par le groupe « Birth » est sorti par l'Atlantique en 1972

Jarrett pendant les années 70

Jarrett élargissait considérablement ses horizons au début des années 70, et son association avec ECM est devenue de plus en plus intense. Alors que 1972 a vu la sortie de « Ruta and Daitya », un album de duo avec Jack DeJohnette, 1973 a offert des preuves de ce qui allait devenir emblématique dans les décennies à venir : « Solo concerts : Bremen & Lausanne ». En 1975, le double album de piano solo de son concert à Cologne en Allemagne est sorti. Sa chaleur, son accessibilité et son immense et durable popularité en ont fait le best-seller de l’enregistrement de piano solo dans l'histoire du jazz.

Le pianiste a commencé à enregistrer avec un groupe européen dans les années 70, le deuxième de ses trois groupes qui allait devenir légendaire. Son quartet européen comprenait le saxophoniste Jan Garbarek, le bassiste Palle Danielsson, et le batteur Jon Christensen. Leur premier album, « Belonging », est paru en 1974. En même temps, Keith Jarrett est resté occupé avec son quartet américain et avec l'enregistrement d'expérimentation. « In the light », qui a est sorti en 1974, était un double album qui présentait son intérêt pour composer de la musique classique moderne. Ses compositions étaient de grande envergure ; parmi elles se trouvait un quatuor à cordes, un quintette de cuivres. Il a également enregistré une paire d'albums dirigés avec Garbarek, : « Luminescence » en 1975, où le duo a été aidé par une section de cordes d'orchestre, et le populaire « Arbour Zena », avec Charlie Haden à la basse ainsi que des cordes d’orchestre de chambre.

Le quartet européen de pianiste a publié « My Song » en 1978, un album qui a plu aux fan de jarrett les plus radicaux en termes de Jazz, d'autant qu'il a été suivi par les sorties de « Bop-Be » « The Survivor’s Suite ». Le dernier album de ce groupe, a été l’album live « Eyes of the Heart », qui a vu le jour en 1979.

Keith Jarrett et les années 80

Le brillant musicien a débuté les années 80 avec « Celestial Hawk ». Ce travail a montré sa discipline d'improvisation au piano et ses capacités de composition formelle à la fois en musique classique avant-gardiste et en jazz. Cette année, son quartet européen a également publié le live « Nude Ants », enregistré au Village Vanguard ; ainsi que et « Sacred Hymns », un album de piano solo.

En 1983, Jarrett a commence à travailler dans un trio avec le bassiste Gary Peacock et le batteur Jack DeJohnette. Ce fut le début d'une association qui a duré depuis. De leur première union sont nés trois albums: « Normes », Vol. 1 et Vol. 2, et « Changes ». Tout au long de la décennie, ils alternent entre les normes d'enregistrement et ensembles librement improvisés.

Le pianiste de génie (toujours Keith Jarrett) a aussi créé deux albums très personnels dans les années 80. En 1986, « Spirits », un double album, avec lui au, piano, flûte, saxophone soprano, guitare et percussions. Un autre double album, « Book of Ways » de 1987, a été entièrement réalisée sur le clavicorde.

Le musicien a commencé à enregistrer de la musique classique canonique. Sa première création en la matière était « Das Klavier Wohltemperierte Buch I » de Bach, suivi de ses « Variations de Goldberg » l'année suivante. Mais il n'a pas abandonné le jazz. Jarrett a fermé la décennie avec des enregistrements de son quartet européen « Personal Mountains », et avec son trio américain avec « Changeless », en 1989.

Keith Jarrett dans les années 90

Alors que son premier album des années 90 a été l’album solo « Paris Concert », le trio a également eu une tournée chargée. Ils se sont arrêtés brièvement pour enregistrer « Bye Bye Blackbird » en 1991 comme un hommage à Miles Davis. Cela dit, Jarrett a passé la majeure partie de la première moitié de la décennie dans l'enregistrement de musique classique. Ces albums incluent des collections de Handel et Bach – tous les deux avec Michala Petri pour l’enregistrer

« At the Deer Head Inn » avec Peacock et DeJohnette est également paru en 1994. Un coffret de six CD intitulé « Keith Jarrett at the Blue Note : The Complete Recordings », a été publié en 1995. Il documente une session de trois nuits par le trio en Juin 1994.

En tournée avec le trio en Europe en 1996, Jarrett est tombé gravement malade. Le syndrome de fatigue chronique lui est diagnostiqué. Il a lutté contre la maladie pendant trois ans. Alors qu’il est en pleine convalescence, ECM a publié en 1997 son concert solo à La Scala de Milan datant de 1995, ainsi qu’un album live de son trio à Tokyo 1996 en 1998. Au cours de sa maladie en 1997, Jarrett rassembla ses forces et a enregistré « Melody at night, with you » dans son studio maison. Il est au piano solo et offre de courtes interprétations simples de standards, des ballades, des chansons folkloriques, et un morceau original. C’est l'enregistrement le plus intime de son œuvre. L'album est sorti en 1999, l'année où il avait récupéré assez pour commencer à nouveau à tourner avec son trio. La première sortie de Jarrett du 21e siècle a été « Whisper Not », un recueil de standards enregistrées sur cette tournée.

Keith Jarrett dans les année 2000

Au cours des quatre années suivantes, le trio a tourné et enregistré des spectacles. ECM a publié plusieurs albums d'eux, y compris des enregistrements de standards tels que « Up for It » et « The Out of Towners » entre autres - les deux derniers spectacles consistent en de la musique librement improvisée. En 2007, « My Foolish Heart: Live at Montreux » est paru, commémorant le 25e anniversaire du trio Sort aussi un incroyable album, du point de vue de la maîtrise du piano : « The Carnegie Hall Concert ». En 2008, The Cure est sorti. Il offrait au public un concert de standards que le groupe avait livré dix-huit ans plus tôt.

En 2009, un album que montre les concerts en solo Paris et Londres est sorti. Suivi en 2010 par un enregistrement en duo entre le pianiste et Charlie Haden intitulé « Jasmine ». En 2011, un album qui avait enregistré un concert à Rio sort peu de temps après le concert a eu lieu… une bizarrerie dans la carrière de Jarrett ! En 2012, ECM une fois de plus fouillé dans ses coffres forts et a sorti « Sleeper » : Sur un concert joué à Tokyo, le 16 Avril 1979, une date non émise antérieurement par quartet européen de Jarrett. Son trio a enregistré à la salle de concert Luzern en Juillet 2009; le concert a été sorti comme « Somewhere » en mai 2013. En Novembre de cette année, ECM a publié « No End », un archivage studio d'enregistrement à domicile à partir de 1986, sur lequel il a joué tous les instruments, y compris le piano, guitares électriques, basse, batterie... entre autres. En Juin 2014, plusieurs sessions de reprises de standards en duo avec Charlie Haden (encore lui) voit le jour.

A l'occasion du 70e anniversaire du pianiste en mai 2015, ECM a sorti deux albums simultanément: l'un était un enregistrement classique d'orchestre du pianiste avec un orchestre. Le second était un album de piano solo intitulé « Creation ».

Et Keith Jarrett n’a pas fini de nous surprendre… Qui sait quelles nouvelles créations il pourra bien nous donner !